Home Page Image

Objets promotionnels

Publications

Quoi de neuf

Rassemblement 2019

Facebook


 

À partir de cette page vous pouvez aussi consulter:

L'AncÍtre

Généalogie Génétique

Les Terres de nos Ancêtres

 

Romain de Faugas dit Raymond


Le 10 août 2013 est une date mémorable pour les familles Raymond dit Faugas. Après plusieurs décennies, notre ancêtre, Romain de Faugas, revient sur la terre qu’il avait quittée lors de son décès le 9 janvier 1762. Romain de Faugas serait originaire de Saint-Pierre-de-Langon, Aquitaine, Gironde, France. Il serait né vers 1684.

La plupart des hommes qui arrivent en Nouvelle-France possèdent un contrat d’engagement de trois ans. Après ces trois ans, ils peuvent renouveler leur contrat, se faire concéder une terre ou en acheter une. Or en 1704, Romain de Faugas  est engagé domestique à la seigneurie de la Rivière-du-Loup, en compagnie de Pierre Nolin et Pierre Boivin. Il est donc sous contrat d’engagement. Une autre personne vit aussi à la Rivière-du-Loup à cette même période; il s’agit de Jacques Cordeau dit Delorier, représentant de Jean Larchevêque Grandpré, marchand de Québec, lors de la succession du Sieur de La Chesnaye, décédé en 1702.

 

Mais pourquoi notre ancêtre choisit-il de s’établir à Kamouraska? Jacques Cordeau dit Delorier et son épouse Marguerite Toupin, demeurant toujours à la Rivière-du-Loup, achètent, le 26 août 1706, la terre que Mathurin Ouellet avait reçue en concession le 18 février 1695. Cette terre est située dans le premier rang de la seigneurie de Kamouraska, au sud-ouest du rang du Cap. Jacques et Marguerite quittent la Rivière-du-Loup pour Kamouraska vers 1707. De plus, le 19 janvier 1707, Pierre Boivin, toujours à la Rivière-du-Loup, achète la terre de Mathurin Dubé dans le premier rang de la seigneurie de Kamouraska. On peut donc supposer que Romain de Faugas, à la fin de son contrat d’engagement à la Rivière-du-Loup, décide de venir rejoindre Pierre Boivin et Jacques Cordeau dit Delorier à Saint-Louis-de-Kamouraska.

Jacques Cordeau dit Delorier et Pierre Boivin connaissent Mathurin Ouellet qui possède seize arpents de terre derrière le Cap. C’est probablement par leur entremise que Romain de Faugas lui fut présenté. Mathurin Ouellet a une fille nommée Angélique. Romain courtisera cette jeune fille qui deviendra son épouse le 21 janvier 1709. À son mariage, il est âgé de vingt-cinq ans et Angélique de dix-huit ans. Romain et Angélique demeurent chez Mathurin le temps de faire du défrichement et bâtir une maison. Le 13 février 1711, Romain achète de son beau-père, Mathurin Ouellet, une terre de quatre arpents de front le long du Saint-Laurent, bornée au nord-est par le vendeur et au sud-ouest par Nicolas Lebel. Romain y vit avec sa première épouse Angélique Ouellet avec qui il a deux enfants : François, décédé avant 1727, et Geneviève. Après le décès d’Angélique, Romain épouse Thérèse Saint-Pierre à Saint-Louis-de-Kamouraska vers 1715. De cette union naissent huit garçons : Jean, François-Romain, Gabriel, Pierre, Joseph-Marie, Étienne, Antoine et Jean-Clément. Les six premiers assureront la descendance de Romain, Antoine et Jean-Clément étant décédés âgés d’environ vingt ans. Romain et Thérèse sont décédés sur cette terre.

Celle-ci comprend les lots 193, 194, 195 et 196 selon les anciens numéros  du Cadastre de Kamouraska. L’adresse civique est le 372, rang du Cap, à Kamouraska.

01 Terre

 

François-Romain de Faugas dit Raymond

Jacques Cordeau dit Delorier et Marguerite Toupin possèdent une terre de cinq arpents de front le long du Saint-Laurent, située dans le premier rang de Saint-Louis- de-Kamouraska. Cette terre est bornée au nord-est par Nicolas Lebel. Jacques Cordeau dit Delorier est donc le deuxième voisin, au sud-ouest, de Romain de Faugas. Jacques et Marguerite ont une fille, Geneviève, et le deuxième fils de Romain de Faugas et Thérèse Saint-Pierre se prénomme François-Romain. Les deux  unissent  leur  destinée  le 6 novembre 1741 à Saint-Louis-de Kamouraska. François-Romain est âgé de vingt-deux ans et Geneviève de trente-deux ans. François-Romain et Geneviève sont les héritiers de Jacques Cordeau dit Delorier et Marguerite Toupin. Après le décès de Marguerite et de Jacques, François-Romain rachète les parts de ses cohéritiers et conserve donc les cinq arpents de terre de son beau-père. Cette terre sera divisée en trois parties pour les  trois fils de François-Romain et Geneviève. Étienne hérite de la partie nord-est de la terre ayant deux arpents de front, voisine  des  Lebel,  avec  la maison paternelle; François hérite de la partie centrale comprenant un arpent; Michel hérite de la partie sud-ouest comprenant deux arpents de front. François renonce à sa partie de terre au premier rang qu’il redonne à ses deux frères. Étienne lègue à son tour sa part, à son fils Jean-François. La terre de François-Romain est composée des lots 201 et 202 selon les anciens numéros du Cadastre de Kamouraska. L’adresse civique est le 378, rang du Cap, à Kamouraska.

02

 

Gabriel de Faugas dit Raymond

Gabriel Faugas est le troisième fils de Romain de Faugas et Thérèse Saint-Pierre. Gabriel choisit de s’établir sur des terres près du Cap au Diable. Le 13 juin 1745, Gabriel achète sa première terre de Antoine Lavoie. Cette terre a un arpent de front et est bornée au nord-ouest par Romain de Faugas, son père, et au sud par le vendeur. Cette terre est située au Cap au Diable. Dans son contrat de mariage avec Marie-Joseph Dubé, le 23 juillet 1747, il est inscrit que Gabriel entre en communauté de biens avec la terre sur laquelle il est logé. Le 25 août 1749, Romain de Faugas et Thérèse Saint-Pierre lèguent à leur fils Gabriel, les trois arpents de terre qu’ils possèdent au Gros Cap (Cap au Diable); ces trois arpents de terre joignant le Cap du côté du sud, sur la profondeur qu’il peut y avoir depuis le fleuve Saint-Laurent, en montant jusqu’à la rivière du petit Kamouraska. En acceptant cette donation, Gabriel renonce à tous ses droits de succession de ses père et mère tant immobiliers que mobiliers présents et futurs. Cette terre avait été vendue à François-Romain Faugas le 27 juin 1743 par Antoine Lavoie mtais, au moment de payer, François-Romain et Geneviève Cordeau dit Delorier n’ont pas la somme nécessaire. Romain de Faugas, père, prend donc possession de la terre le 18 août 1743. Le 30 avril 1751, Gabriel achète une autre terre au Cap au Diable voisine des deux premières. Ces terres seront cédées de génération en génération aux descendants de Gabriel Faugas et de Marie-Joseph Dubé. De génération en génération, la propriété s’est agrandie pour former ce qu’on peut appeler un « Domaine ». Ainsi, en 1898, lors de la donation de Joseph-Israël Raymond et Marie-Victoire-Hortense Caron à leur fils Jean-Baptiste et son épouse Marie-Anna  St-Onge, le domaine comprenait les lots 1, 2, 3, 4, 6, et 20 selon les anciens numéros du Cadastre de Saint-Denis, ainsi que l’Îlot du sud du Cap au Diable et l’Île du Large. L’adresse civique est le 10, route du Cap, à Saint-Denis.

03

 

Pierre de Faugas dit Raymond

Pierre est le quatrième des fils de Romain et Thérèse Saint-Pierre. Il épouse Marie-Anne Dancosse le 16 novembre 1750 à Rivière-Ouelle. Dans son  contrat  de  mariage,  le 15 novembre 1750, Pierre déclare posséder une terre de deux arpents de front située au premier rang de Kamouraska, bornée de chaque côté par Pierre Paradis. Cette terre appartenait auparavant à Romain de Faugas, son père. Pierre avait accepté cette terre de son père en échange d’une terre de trois arpents au deuxième rang de Kamouraska. Pierre et Marie-Anne Dancosse y ont vécu avec leurs enfants. Le 20 novembre 1776, Marie-Anne Dancosse, veuve de Pierre Faugas dit Raymond lègue cette terre à  son fils Pierre-François. Cette terre  porte le numéro  188-A  et partie 188 sur  le Cadastre de Kamouraska selon les anciens numéros. L’adresse civique est le 363, rang du Cap, à Kamouraska.

04
 
Étienne de Faugas dit Raymond

Étienne est le sixième fils de Romain et Thérèse Saint-Pierre. Il épouse Marie-Joseph Lebel le 22 novembre 1756 à Saint-Louis-de-Kamouraska. Marie-Joseph est la fille de Jean Lebel, voisin de Romain de Faugas du côté sud-ouest. Par le contrat de mariage de Étienne et Marie-Joseph Lebel, Romain et Thérèse Saint-Pierre font donation de la terre du rang du Cap et des biens leur appartenant. Étienne hérite donc de la terre ancestrale comprenant les lots 193, 194, 195 et 196 selon les anciens numéros du Cadastre de  Kamouraska.  L’adresse  civique  est le 372, rang du Cap, à Kamouraska.

05

 
Joseph-Marie de Faugas dit Raymond

À cette période, la coutume veut que le père aide ses enfants, particulièrement ses fils, à s’établir. Romain s’est acquitté de cette tâche envers chacun de ses enfants en leur donnant une terre ou l’équivalent. Romain possède une terre de quatre arpents dans le fond de l’anse de Kamouraska. Le 25 mars 1754, Jean reçoit une partie de cette terre comprenant deux arpents de front sur la petite rivière du petit Kamouraska, bornée au sud-ouest par Jean Dionne et Simon Chamberland et au nord-est par Romain. Le lendemain, Jean revend cette terre à Jean Dionne. Selon les recherches actuelles, il est impossible de situer la terre où Jean a vécu. Le 17 novembre 1756, Joseph-Marie reçoit la deuxième partie de la terre de l’anse de Kamouraska. Cette terre, le long du fleuve Saint-Laurent, est bornée au sud-ouest par les deux arpents que Jean Dionne a acquis de Jean Faugas et au nord-est par la terre de feu le sieur Dupéré. Joseph-Marie a vécu sur cette terre jusqu’en 1765, moment où il l’échange avec Jean Dubé, habitant de Rivière-Ouelle. Deux enfants de Joseph-Marie sont nés à Rivière-Ouelle. Par la suite, vers 1769, Joseph-Marie déménage à Saint-Cuthbert, comté de Berthier. Il est décédé à Saint-Joseph-de-Chambly.


– Robert Raymond, Québec

X : Terre de Romain de Faugas dit Raymond, 372, rang du Cap, Kamouraska
N.B. : Pour plus de renseignements, consulter le livre « Romain de Faugas dit Raymond », 2e édition, 2012, Robert Raymond.